Critique – « Flame, Dear Flame » de Flame, Dear Flame

Quand un groupe cite parmi ses influences BATHORY, ATLANTEAN KODEX, SOLSTICE et MANOWAR, cela a suffit à m’intriguer. La pochette ne m’évoquant pas grand chose, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre… Mais devant l’évocation de ces groupes qui m’ont marqué, je me suis laissé tenter. (J’en veux toujours à Manowar d’avoir foutu le camp avant leur concert au Hellfest, mais passons) Et vous savez quoi? J’ai bien fait.

Flame, Dear Flame est un tout jeune groupe d’epic doom metal qui nous vient d’Allemagne. Ce printemps, ils ont publié ce premier EP, de 3 titres, sobrement intitulés « The Millenial Heartbeat part. I, II et III » pour une durée d’un peu plus de 21 minutes.

Musicalement, on est sur un doom de très bonne facture, lent, mélodique, avec une grande importance apportée aux silences. Mais ce qui frappe assez rapidement, c’est le chant. Et quel chant!La voix de Maren Lemke est magnifique, cristalline. Rarement puissance, délicatesse et fragilité n’ont été si étroitement liées. Elle apporte aux mélodies sombres une force émotionnelle impressionnante, empreinte de mélancolie. Une vraie bouffée d’air frais, chose que je n’attendais pas d’un album de doom, et que j’accueille à bras ouverts! Le chant féminin est assez rare dans ce style, à part LETHEAN, je n’ai pas tellement d’autres exemples à proposer.

Maren est éblouissante, certes, mais de leur côté, les musiciens sont loin d’être à la traîne! Les guitares alternent les riffs lents, écrasants, avec des passages plus calmes de toute beauté. Le résultat possède à la fois le mordant qu’on attend du doom, tout en restant raccord avec le chant clair et doux. La production est très réussie, impressionnante quand on pense qu’on a affaire à un groupe débutant.

On reste plus ou moins dans le même registre sur ces trois morceaux, aussi j’ai hâte de voir ce qu’ils sont capables de proposer à l’avenir. Un album leur permettrait de laisser plus de place à leur créativité, et d’explorer de nouvelles choses. Je veux croire que cet EP de très bonne qualité n’est que le début de quelque chose de grand! En tout cas c’est prometteur, et son seul véritable défaut, c’est d’être trop court.

(J’ai mis un moment avant de comprendre que le logo pouvait se lire aussi à l’envers)

Ewen

1 réflexion sur « Critique – « Flame, Dear Flame » de Flame, Dear Flame »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close